• Histoires à méditer:

     

    La vieille femme grincheuse

     

    QUE VOIS-TU, TOI QUI ME SOIGNES, QUE VOIS-TU ?
    QUAND TU ME REGARDES, QUE PENSES-TU ?

     

    Une vieille femme grincheuse, un peu folle
    Le regard perdu, qui n'y est plus tout à fait,
    Qui bave quand elle mange et ne répond jamais,
    Qui, quand tu dis d'une voix forte "essayez"
    Semble ne prêter aucune attention à ce que tu fais
    Et ne cesse de perdre ses chaussures et ses bas,
    Qui docile ou non, te laisse faire à ta guise,
    Le bain et les repas pour occuper la longue journée grise.
    C'est ça que tu penses, c'est ça que tu vois ?
    Alors ouvre les yeux, ce n'est pas moi.
    Je vais te dire qui je suis, assise là si tranquille
    Me déplaçant à ton ordre, mangeant quand tu veux :
    Je suis la dernière de dix, avec un père et une mère,
    Des frères et des soeurs qui s'aiment entre eux.
    Une jeune fille de 16 ans, des ailes aux pieds,
    Rêvant que bientôt, elle rencontrera un fiancé.
    Mariée déjà à 20 ans. Mon coeur bondit de joie
    Au souvenir des voeux que j'ai fait ce jour-la.
    J'ai 25 ans maintenant et un enfant à moi
    Qui a besoin de moi pour lui construire une maison.
    Une femme de trente ans, mon enfant grandit vite,
    Nous sommes liés l'un a l'autre par des liens qui dureront.
    Quarante ans, bientôt il ne sera plus là.
    Mais mon homme est à mes côtes qui veille sur moi.
    Cinquante ans, à nouveau jouent autour de moi des bébés ;
    Me revoilà avec des enfants, moi et mon bien-aimé.
    Voici les jours noirs, mon mari meurt.
    Je regarde vers le futur en frémissant de peur,
    Car mes enfants sont tous occupés à élever les leurs,
    Et je pense aux années et à l'amour que J'ai connus.
    Je suis vieille maintenant, et la nature est cruelle,
    qui s'amuse a faire passer la vieillesse pour folle,
    Mon corps s'en va, la grâce et la force m'abandonnent.
    Et il y a maintenant une pierre la ou jadis j'eus un coeur.
    Mais dans cette vieille carcasse, la jeune fille demeure
    Dont le vieux coeur se gonfle sans relâche.
    Je me souviens des joies, je me souviens des peines,
    Et à nouveau je sens ma vie et j'aime.
    Je repense aux années trop courtes et trop vite passées,
    Et accepte cette réalité implacable que rien ne peut durer
    Alors ouvre les yeux, toi qui me soignes et regarde.
    Non la vieille femme grincheuse... regarde mieux, tu me verras !

    Ce poème a été retrouvé dans les affaires d'une vieille dame Irlandaise après sa mort.

     

  • L'éléphant enchaîné

    « Quand j’étais petit, j’adorais le cirque, et ce que j’aimais par-dessus tout, au cirque, c’étaient les animaux. L’éléphant en particulier me fascinait ; comme je l’appris par la suite, c’était l’animal préféré de tous les enfants. Pendant son numéro, l’énorme bête exhibait un poids, une taille et une force extraordinaires...

     

    Mais tout de suite après et jusqu’à la représentation suivante, l’éléphant restait toujours attaché à un petit pieu fiché en terre, par une chaîne qui retenait une de ses pattes prisonnière. Mais ce pieu n’était qu’un minuscule morceau de bois à peine enfoncé de quelques centimètres dans le sol. Et bien que la chaîne fût épaisse et résistante, il me semblait évident qu’un animal capable de déraciner un arbre devrait facilement pouvoir se libérer et s’en aller. Le mystère reste entier à mes yeux.

     

    Alors, qu’est ce qui le retient ?

    Pourquoi ne s’échappe t-il pas ?

     

    A cinq ou 6 ans, j’avais encore une confiance absolue dans la science des adultes. J’interrogeai donc un maître, un père ou un oncle sur le mystère du pachyderme. L’un d’eux m’expliqua que l’éléphant ne s’échappait pas parce qu’il était dressé. Je posais alors la question qui tombe sous le sens :
    « S’il est dressé, pourquoi l’enchaîne-t-on ?

    Je ne me rappelle pas qu’on m’ait fait une réponse cohérente. le temps passant, j’oubliai le mystère de l’éléphant et de son pieu, ne m’en souvenant que lorsque je rencontrais d’autres personnes qui un jour, elles aussi, s’étaient posé la même question.
    Il y a quelques années, j’eus la chance de tomber sur quelqu’un d’assez savant pour connaître la réponse :

     

    L’éléphant du cirque ne se détache pas parce que, dès tout petit, il a été attaché à un pieu semblable.

     

    Je fermai les yeux et j’imaginai l’éléphant nouveau-né sans défense, attaché à ce piquet. je suis sûr qu’à ce moment l’éléphanteau a poussé, tiré et transpiré pour essayer de se libérer, mais que, le piquet étant trop solide pour lui, il n’y est pas arrivé malgré tous ces efforts.
    Je l’imaginai qui s’endormait épuisé et, le lendemain, essayait à nouveau, et le surlendemain... et les jours suivants... Jusqu’à ce qu’un jour, un jour terrible pour son histoire, l’animal finisse par accepter son impuissance et se résigner à son sort.

     

    Cet énorme et puissant pachyderme que nous voyons au cirque ne s’échappe pas, le pauvre, parce qu’il croit en être incapable.

     

    Il garde le souvenir gravé de l’impuissance qui fut la sienne après sa naissance.

    Et le pire, c’est que jamais il n’a tenté d’éprouver à nouveau sa force. »

     

    « C’est ainsi ! Nous sommes tous un peu comme l’éléphant du cirque : nous allons de par le monde attachés à des centaines de pieux qui nous retirent une partie de notre liberté.
    « Nous vivons avec l’idée que « nous ne pouvons pas » faire des tas de choses, pour la simple et bonne raison qu’une fois, il y a bien longtemps, quand nous étions petits, nous avons essayé et n’avons pas réussi.

  • Une légende hindoue

    Une vieille légende hindoue raconte qu'il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver, le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

     

    Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci: " Enterrons la divinité de l'homme dans la terre." Mais Brahma répondit: " Non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera."

     

    Alors les dieux répliquèrent: " Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans."

     

    Mais Brahma répondit à nouveau: " Non, car tôt ou tard, l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface."

     

    Alors les dieux mineurs conclurent: " Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour."

     

    Alors Brahma dit: " Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme: nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher."

     

    Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.

  • Des carottes, des oeufs et du café

    Une jeune femme visite sa mère, lui parle de sa vie, et de ses difficultés. Elle ne sait pas comment elle va s'en sortir, et envisage d'abandonner.

    Sa mère l'amène à la cuisine. Elle remplit 3 casseroles d'eau et les place sur la gazinière à feu élevé. Dans la 1ère des casseroles, la mère y met les carottes, dans la 2è les oeufs et dans la 3è des grains de café moulu. Elle laisse bouillir sans dire un mot. Au bout de 20 mn, elle coupe le feu. Elle égoutte les carottes et les place dans un bol. Elle sort les oeufs et les met aussi dans un bol. Et elle vide le café dans un 3è bol.

    Se tournant vers sa fille, elle lui demande : "dis-moi ce que tu vois ?"

     

     

     

    "Des carottes, des oeufs et du café " répond la fille.

    Sa mère lui demande de considérer les carottes. La fille se rapproche et note que les carottes sont molles. La mère lui demande ensuite de prendre un oeuf et de casser la coquille; ce que fait la fille. Cette dernière constate que l'oeuf est dur. Finalement, la mère demande à sa fille de goûter au café. Celle-ci sourit en goûtant l'arôme riche du café.

    Cette dernière demande alors à sa mère : "qu'est-ce que cela signifie, maman ?"

    Sa mère lui explique que chacun de ces aliments a fait face à la même adversité : de l'eau bouillante.

    Chacun a réagi différemment :
    Les carottes au départ fortes et dures, se sont ramollies sous l'effet de l'eau bouillante;
    Les oeufs, qui étaient fragiles, sont devenus durs;
    Le café, quant à lui, s'est dissous dans l'eau et c'est lui qui a changé la couleur de l'eau.

     

    "Lequel es-tu ?" demande la mère à sa fille. "Quand l'adversité frappe à ta porte, comment réagis-tu ? Es-tu une carotte, un oeuf ou du café ?

    "Es-tu une carotte qui paraît forte, mais perd sa force devant la douleur et l'adversité ? ou un oeuf au coeur malléable, qui après un décès, une rupture ou une difficulté financière devient dur et fermé ? ou bien un grain de café, qui face à une situation chaude et bouillante, se relâche, lâche sa saveur, et change la situation autour de lui ?"

  • L'arbre à soucis

    Un jour, j'ai retenu les services d'un menuisier pour m'aider à restaurer ma vieille grange.
    Après avoir terminé une dure journée au cours de laquelle une crevaison lui avait fait
    perdre une heure de travail, sa scie électrique avait rendu l'âme, et pour finir, au moment
    de rentrer chez lui, son vieux pick-up avait refusé de démarrer.
     
    Je le reconduisis chez lui ; il demeura froid et silencieux tout au long du trajet. Arrivé chez
    lui, il m'invita à rencontrer sa famille. Comme nous marchions le long de l'allée qui
    conduisait à la maison, il s'arrêta brièvement devant un petit arbre, touchant le bout des
    branches de ses mains. Lorsqu'il ouvrit la porte pour entrer chez lui, une étonnante
    transformation s'était produite, son visage était devenu rayonnant. Il caressa ses deux
    enfants, embrassa sa femme, me présenta à tout le monde et m'offrit à boire comme si
    rien ne l'avait affecté durant cette journée.
     

    Lorsqu'il me raccompagna à ma voiture, en passant près de l'arbre, la curiosité s'empara
    de moi et je lui demandai pourquoi il avait touché le bout de ses branches un peu plus tôt.

    - C'est mon arbre à soucis, me répondit-il. Je sais que je ne peux éviter les problèmes, les
    soucis et les embûches qui traversent mes journées, mais il y a une chose dont je suis
    certain, c'est que ceux-ci n'ont aucune place dans la maison avec ma femme et mes
    enfants.
    Alors, je les accroche à mon arbre à soucis tous les soirs lorsque je rentre à la maison.
    Et puis, je les reprends le matin.


    - Ce qu'il y a de plus drôle, sourit-il, c'est que lorsque je sors de la maison le matin pour
    les reprendre, il y en a beaucoup moins que la veille lorsque je les avais accrochés.

     


                       

  • Les aphorismes du Yoga

    Le yoga dans la vie quotidienne

    J'ouvre ma fenêtre,

    Je respire, je m'étire,

    Et je me sens tout à fait bien.

    C'est ma pratique.

     

    Quand je contemple la nature,

    Quand j'écoute le chant des oiseaux,

    Quand j'accueille le bruit du monde,

    Mon esprit se détend.

    C'est ma pratique.

     

    Je fais le ménage dans ma tête,

    J'éteins la radio,

    J'écoute le silence,

    C'est ma pratique.

     

    J'arrête de vivre ma vie en apnée,

    J'apprécie ce qui se passe.

    Moins de stress,

    Plus de bien-être.

    C'est ma pratique.

  • Posture tonifiante, posture calmante

    Debout, assis, allongé, en équilibre,

     

    Peu m'importe,

    Je savoure l'effort,

    Le souffle de l'énergie,

    La tension juste de tous mes muscles,

    Pour agir maintenant.

    Ainsi, la posture se révèle tonifiante.

     

    Debout, assis, allongé, en équilibre,

     

    Peu m'importe,

    Je prends le temps de respirer lentement,

    je sens mon visage au bord du sourire,

    Ma volonté de " trop faire " s'est éclipsée,

    Pas de pensée, juste la sensation de me sentir bien.

    Ainsi, la posture se révèle calmante.

     

    Asana, c'est trouver le juste milieu.

    La tonicité dans l'aisance:

    C'est l'effort sans crispation,

     

    C'est le lâcher-prise sans dissolution.

     

×
hatha-yoga-pau.fr

Editeur : Katia Ratsimandresy Lefèvre

Directrice de publication : Katia Ratsimandresy Lefèvre


Hébergeur du site : Strikingly

Informations légales

Les données personnelles des visiteurs du site sont protégées et traitées en conformité avec la loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978.

Vous bénéficiez d'un droit d'accès, de modification, de suppression et d'opposition aux données vous concernant. Si vous souhaitez exercer ces droits, veuillez écrire à legal@hatha-yoga-pau.fr

Nous nous engageons à ne pas communiquer à des tiers les informations vous concernant.

 
TRAITEMENT DES DONNÉES PERSONNELLES

Vos données personnelles sont stockées lorsque vous souscrivez à un abonnement de cours de yoga ou à un atelier à thème.

Si vous avez indiqué votre adresse e-mail, celle-ci peut être utilisée pour vous informer sur les évènements relatifs aux cours de yoga auxquels vous êtes abonné ou pour vous annoncer des prochains évènements.

Pour améliorer la qualité du site Internet hatha-yoga-pau.fr, des données concernant la navigation sur le site pourront être collectées. Ces données ne sont pas nominatives.

Vous êtes libre d'accepter ou de refuser les cookies en configurant votre navigateur.
La désactivation des cookies peut entraîner l’indisponibilité de certains services auxquels ils sont associés.

Les utilisateurs sont formellement informés que les sites auxquels ils peuvent accéder par l'intermédiaire des liens Internet n'appartiennent pas tous à hatha-yoga-pau.fr. Nous déclinons toute responsabilité quant au contenu des informations fournies sur les sites qui ne nous appartiennent pas.

L'utilisateur déclare accepter les caractéristiques et les limites d'Internet et, en particulier, reconnaître :

avoir connaissance de la nature du réseau de l'internet et en particulier, de ses performances techniques et des temps de réponse, pour consulter, interroger ou transférer les données d'informations ;
que la communication par l'utilisateur à des tiers de ses identifiants et d'une manière générale, de toute information jugée par l'utilisateur comme personnelle ou confidentielle se fait à ses risques et périls ;
qu'il appartient à l'utilisateur de prendre toutes les mesures appropriées de façon à protéger ses propres données et/ou logiciels de la contamination par des éventuels virus sur le réseau de l'Internet;
que les données circulant sur l'Internet peuvent être réglementées en termes d'usage ou protégées par un droit de propriété.

D'une manière générale, l'utilisateur est seul responsable du choix, de l'utilisation et de l'interprétation des données qu'il consulte, interroge et transfère sur l'internet et de l'usage des services en ligne proposés par hatha-yoga-pau.fr


Nous nous réservons le droit d'apporter des modifications à ces informations. Les visiteurs du site hatha-yoga-pau.fr sont invités à visiter régulièrement ces mentions légales pour y consulter la version la plus récente de la politique de confidentialité.

Cette page a été mise à jour le 07 Avril 2020